Joséphine Baker, chanteuse, danseuse et résistante héroïque au Panthéon

Joséphine Baker, meneuse de revue, chanteuse, résistante et militante va rentrer au Panthéon à Paris, le 30 novembre 2021. Pourquoi le 30 novembre ? La date du 30 novembre correspond à celle de son mariage avec Jean Lion, , un courtier riche et mondain qui lui a permis d’obtenir la nationalité française.

Joséphine Baker, née Freda Josephine McDonald le 3 juin 1906 à Saint-Louis, dans le Missouri, et morte le 12 avril 1975 dans le 13e arrondissement de Paris.

La revue Nègre à Paris avec Joséphine Baker

Une vie trépidante pour cette artiste hors du commun, avec un grand coeur, dont elle donnera toute sa vie au profit des autres. Une carrière discographique pleine de vie qui démarre en 1951 avec Chansons Américaines sorti aux États-Unis sur le label Columbia sur un format 10 inches (25cm) avec le titre phare “Toc-Toc Partout”. Durant l’année 1951, ‘est quatre disques vinyles qui sortent aux USA: Joséphine Baker album éponyme, The Inimitable, et Encore Américaines. C’est en 1953 que sort le premier disque vinyle en France, sous un album éponyme. Aucune réédition à ce jour, mais avec l’actualité de Joséphine, les “crevards” des maisons de disques vont enfin y penser, peut être !!

Vinyle Joséphine Baker,

Mais Joséphine Baker, a 16 ans et voit déjà grand, avec la l’envie de danser à Broadway, puis aller tenter sa chance à New York. Sa carrière s’accélère, Joséphine Baker et sa troupe embarquent pour Paris le 25 septembre 1925 sur le paquebot transatlantique, Berengaria , effectuant la traversée New-York jusqu’à Cherbourg.

Joséphine Baker danseuse et chanteuse

Le 2 octobre 1925, elle passe en première partie dans la Revue nègre au Théâtre des Champs-Élysées et fait rapidement salle comble.

En 1931, elle remporte un succès inoubliable avec la chanson J’ai deux amours composée par Vincent Scotto.

Joséphine Baker Meneuse de Revue

Vedette du music-hall et icône des années folles, elle devient française en 1937, après son mariage avec Jean Lion. , le 30 novembre 1937 à Crèvecœur-le-Grand, jeune courtier en confiserie. Jean Lion est juif, et aura à souffrir des persécutions antisémites. Le nouveau couple s’installe au château des Milandes, à Castelnaud en Dordogne.

Joséphine Baker l’agent secret dans l’Armée Française

Elle joue pendant la Seconde Guerre mondiale un rôle important dans la résistance à l’occupant. Elle utilise ensuite sa grande popularité au service de la lutte contre le racisme et pour l’émancipation des Noirs, en particulier en soutenant le mouvement américain des droits civiques.

Joséphine va sauver des milliers de vies, et va aider la France durant cette guerre sanglante menée par Adolf Hitler, et devient un agent du contre-espionnage, traité par Jacques Abtey (chef du contre-espionnage militaire à Paris). A tout moment, elle peut être attrapée et fusillée, mais Joséphine va tout faire pour réussir ses actions, en remerciement à la France qui lui a offert sa naturalisation.

Joséphine Baker résistante et militante

À cet effet, elle fréquente la haute société parisienne, puis se mobilise pour la Croix-Rouge. Après la bataille de France, elle s’engage le 24 novembre 1940 dans les services secrets de la France libre, toujours avec le commandant Abtey, qui reste son officier traitant jusqu’à la Libération, en France puis en Afrique du Nord où elle est sous la protection de Si Ahmed Belbachir Haskouri, chef du cabinet khalifien du Maroc espagnol.

La guerre est finie, ses musiques font le tour du monde, mais l’argent ne vient pas, en juin 1964, Joséphine Baker, criblée de dettes et harcelée par le fisc, lance un appel pour sauver sa propriété de Dordogne, où vivent ses enfants, des enfants adoptés !! la mise en vente aux enchères du château est annoncée.

Émue et bouleversée par sa détresse, Brigitte Bardot participe immédiatement dans les médias au sauvetage, et envoie un chèque important à cette collègue qu’elle ne connaissait pourtant pas directement.

Joséphine Baker et les enfants

Cela ne suffira pas et le château est finalement vendu pour un dixième de sa valeur en 1968. Faisant jouer la loi française, après avoir dû vivre dans la seule cuisine du château, et même passer une nuit dehors devant la porte, elle obtient néanmoins un sursis qui lui permet de rester dans les lieux, jusqu’au 15 mars 1969. Le château des Milandes est à ce jour devenu un lieu historique, avec la possibilité de le visiter.

À la suite de son expulsion violente des Milandes, elle est hospitalisée un temps mais trouve rapidement les forces nécessaires pour assurer le spectacle.

Joséphine Baker et Grâce de Monaco

Alors que Joséphine Baker est pratiquement ruinée, la princesse Grace de Monaco, amie de la chanteuse d’origine américaine et artiste comme elle, lui offre alors un logement à Roquebrune pour le reste de sa vie et l’invite à Monaco pour des spectacles de charité.Aidée aussi par la Croix Rouge,

Joséphine Baker remonte sur la scène parisienne de l’Olympia, en 1968, puis à Belgrade en 1973, au Carnegie Hall en 1973, au Royal Variety Performance, au Palladium de Londres en 1974. À Paris, elle est au Gala du cirque en 1974.

Joséphine Baker à Bobino à Paris en 1975

Le 24 mars 1975, pour célébrer ses cinquante ans de carrière, elle inaugure la rétrospective Joséphine à Bobino, dont le prince Rainier III et la princesse Grace figurent parmi les mécènes. Dans la salle se trouvaient entre autres Alain de Boissieu, gendre de Charles de Gaulle, Sophia Loren, Mick Jagger, Mireille Darc, Alain Delon, Jeanne Moreau, Tino Rossi, Pierre Balmain et la princesse Grace de Monaco, invitée d’honneur.

Elle retrouve son appartement parisien le 9 avril 1975 alors que le rideau vient de tomber devant une salle enthousiaste pour sa quatorzième représentation. Le lendemain matin, 10 avril, Joséphine Baker, victime d’une hémorragie cérébrale est transportée dans un coma profond à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, où elle meurt, le 12 avril, à l’âge de 68 ans.

Elle reçoit les honneurs militaires et des funérailles catholiques sont célébrées le 15 avril 1975 à l’église de la Madeleine, à Paris.

Après des obsèques le 19 avril 1975 à l’église Saint-Charles de Monte-Carlo, elle est enterrée au cimetière de Monaco.

Le 30 novembre 2021, une date historique, la première femme noire à rentrer au Panthéon…40.000 personnes avaient signé la pétition demandant l’entrée de l’artiste franco-américaine au Panthéon. Joséphine Baker, première star internationale noire, agent secret et résistante pendant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi active aux côtés du docteur Martin Luther King pour les droits civiques aux Etats-Unis…..

Allez voir un disquaire indépendant, et en farfouillant dans les bacs, vous aurez la chance de dénicher une jolie pièce musicale de Joséphine Baker….

Laisser un commentaire